06/08/2022

MA FOLLE VIE DE DESSINATEUR de Benjamin Chaud

 Aujourd'hui laissez moi vous parler d'un auteur/illustrateur que j'adore : Benjamin Chaud. Il travaille normalement plutôt pour la jeunesse mais il a décidé de nous parler de lui avec Ma folle vie de dessinateur ou comment faire son autoportrait en toutes circonstances. Si vous le suivez sur Instagram alors vous avez déjà vu une partie de ces drôles de petites scènes (et aussi des femmes nues, ça y est j'ai toute votre attention ^^). Il a fait 2 autres livres pour adultes dans le même genre : L'art à table (les plus grands artistes au restaurant) et Contes de fesses (les contes classiques en versions galagala).

Pour la jeunesse Benjamin Chaud est, entre autre, le dessinateur de Pomelo, mon éléphanteau favori (chez Albin Michel avec aux textes Ramona Bădescu) et de Taupe et Mulot (aux textes Henri Meunier). Il est aussi le papa Petit ours et des Petits Marsus. Je vous conseille vraiment d'aller faire un tour dans sa riche bibliographie. Il a d'ailleurs été plusieurs fois nommé au prix  Astrid Lingdren et il a été Pépite 2016 du Salon du livre et de la presse jeunesse. Je ne vais pas vous faire la liste mais il a reçu plusieurs prix, Monsieur est chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres (tout de même!). Et c'est pas pour dire mais il a plusieurs de ses livres dans la prestigieuse « Bibliothèque jeunesse idéale » du Centre national de la littérature pour la jeunesse (dont le merveilleux Pomelo).
Ses dessins sont exubérants, bourrés de détails et plein d'humour on le reconnait tout de suite ! Et pour les dédicaces il utilise un crayon dont la mine à plusieurs couleurs et personnellement je n'avais encore jamais vu qui que ce soit se servir de ces crayons pour dessiner et en faire un truc coooooool ! Et c'est pas faute d'avoir essayé.. Franchement chapeau quel talent !

Revenons en à Ma folle vie de dessinateur : le livre se compose de plus d'une centaine de vignettes (128 si jamais vous vous demandiez) sur tous les états d'un illustrateur. Se lancer, la recherche d'idées, la page blanche, les doutes, l'équipement, le rythme... Peut-être que ce livre pourra aider les artistes en herbe et si ce n'est pas le cas ça les fera au moins rire voir réfléchir (mais il ne faudrait pas se faire mal non plus hein!). Cette succession d'autoportraits loufoques que Benjamin Chaud a créé pendant le confinement (l'an 2020) est un beau panorama de son univers et de son humour joyeux et décalé. En plus il y a quelques beaux clins d'œil à Tomi Ungerer, Miyazaki, Disney, Franquin et au... CAFÉ qui est un peu le personnage principal ! Même les gens de la conception graphique sont drôles : 2 œufs bacon p'tites patates.
Le livre se conclu sur une citation assez méconnue de Léonard de Vinci : "Purée... mais où est encore passée ma gomme?"
Signé :


05/07/2022

MEMOIRES DE LA FORET de Mickaël Brun-Arnaud et Sanoe

Chaud devant gros GROS coup de cœur pour ce sublime roman édité chez la merveilleuse école des loisirs

D'ailleurs avant de vous parler du livre laissez moi vous parler un peu de cette maison d'édition. A part si vous viviez dans une grotte depuis 1965 vous devez forcément connaître l'école des loisirs car c'est quand même une des grandes et des plus connues maisons d'édition pour la jeunesse. Elle a toujours fait des choix éditoriaux forts, elle est fidèle à ses auteurs et illustrateurs et elle fait depuis presque 60 ans des ouvrages de grande qualité qui deviennent souvent des classiques. Evidemment je suis totalement vendue car j'ai bossé un peu pour elle, j'ai grandi avec elle et c'est juste ma chouchoute c'est tout ! 

Et dans Mémoires de la forêt tout est beau ! Le papier, les illustrations de Sanoe, le texte Mickaël Brun-Arnaud, les personnages, l'intérieur, l'extérieur. J'ADORE !
Avant de commencer sachez que vous commencez ce livre à vos risques et périls parce que certains... ont pleuré comme des cacas ! Tous les personnages sont doux et bienveillants mais l'histoire est terriblement triste à certains moments. Mais rassurez-vous c'est aussi drôle, c'est joli, ça donne chaud à l'intérieur mais ça pince aussi. Une merveille quoi !

Alors déjà ça commence dans une super mignonne librairie au creux d'un chêne tenue par un renard libraire. Du coup forcément j'étais déjà convaincue (vous savez!). Archibald Renard recueille les livres des animaux qui souhaitent vendre leurs ouvrages.  Ensuite on découvre une vieille taupe (c'est pas une insulte ok ! [mais ça pourrait le devenir bien sûr]) avec une coquille de noix sur le dos qui cherche le livre qu'elle a écrit et qui retrace sa vie. Malheureusement Archibald vient juste de le vendre et encore plus malheureux notre mammifère fouisseur (la taupe quoi!) en a terriblement besoin car elle perd ses souvenirs. En effet ce cher Ferdinand Taupe à la maladie de l'oublie-tout (ça vous rappelle quelque chose ? Sans mauvais jeu de mots...) et cherche désespérément sa femme. Il n'en faut pas plus pour que notre libraire au grand cœur se lance dans l'aventure et accompagne son vieil ami dans une chasse aux souvenirs. Laissant sa librairie à la caractérielle Charlotte Souris, on ne la voit pas beaucoup dans le livre mais je l'aime bien elle a du tempérament ! Avec comme indice de vieilles photographies nos deux compères vont visiter la forêt de Bellécorce en tout sens pour essayer de retrouver la trace de l'épouse de Ferdinand. Ils vont faire plein de belles rencontres mais on sent dès le début que quelque chose de dramatique est arrivé. 
Et je ne vous en dis pas plus même si je sais que vous adorez les dramas, là vous n'êtes pas prêts ! Sortez les mouchoirs.


Indiscrétions de libraire :
J'ai eu la chance de rencontrer l'auteur, il est très sympa (il est libraire😊) et il m'a annoncé 2 autres tomes aux aventures de Archibald Renard qui sortiront l'année prochaine et peut-être même une BD... Gardez les yeux bien ouverts ! Et aussi l'illustratrice lui a gravé un tampon trop stylé pour ses dédicaces ! La classe du début à la fin je vous le dit !

Signé : 

14/04/2022

QUE LE DIABLE M'EMPORTE de Mary Maclane

C’est étrange. Étrange d’avoir refermé ce roman et d’avoir instantanément pensé aux podcasts que j’affectionne et aux femmes qui les réalisent : La Poudre, Le Cœur sur la table, Un podcast à soi….

J’ai instantanément pensé à un entretien mené par ces trentenaires assez brillantes et Mary Maclane qui aurait à ce jour 141 ans.
Mary Maclane est née en 1881 au Canada. 

En réalité j’aurai adoré que nous puissions entendre, au travers des questions de Lauren Bastid ou Victoire Tuaillon, la voix de Mary Maclane, sa voix et son effronterie, son insolence et sa liberté, qui même (surtout ?) en 2022 feraient alors dresser bien des poils sur les avant-bras. 

J’ai aussi pensé à la solitude qui a dû être celle de Mary Maclane. Que veut donc dire vivre en étant habitée par une pensée avant-gardiste ? Que signifie vivre dans une société où l’on ne peut pas être entendue pour autre chose que de la provocation, par ses pairs ? 

Mary Maclane ne répondra pas, mais la lire c’est accepter d’entendre une femme en colère, une femme attirée par une autre femme, une femme qui s’ennuie mortellement dans cette humanité bien trop étroite pour elle. Une femme capable de dire ses zones d’ombre, de lâcheté, autant que celles de ses courages, de sa vivacité, de la finesse de son analyse.
Je suis loin de prétendre être une grande lectrice, mais je n’avais jamais entendu une telle voix. Une telle énergie, une telle envie d’en découdre. Maclane accepte d’habiter réellement les marges, les envers de décors, les hors du cadre. Tous. Elle est l’absolu « négatif photo » de la bien-pensance, l’autre pôle, l’extrémité, l’inverse. Et elle le porte haut et fort, et ça fait désordre. 

Que le diable m’emporte est son journal.
Elle l’a écrit en 1902, âgée de 19 ans. 

23 février : « Je suis un égoïste petit animal vaniteux et impudent, certes, mais après tout que suis-je, sinon une seule et immense agglomération de Désirs ? Et lorsque quelqu’un surgira de la colline stérile pour satisfaire le désir, mon triomphe sera humble, humble. » 

13 mars : « Je suis venue au monde avec des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, et je questionne la Vie. Doit-on s’en étonner ? Est-ce si étrange ? Devrais-je me contenter de voir et entendre ? D’autres que moi jouissent de bien autre chose. Qu’y-a-t-il d’atroce à ce que je ne me satisfasse pas de ce que j’ai ? Ta servante est-elle un chien ? » 

Que le diable m’emporte a été vendu lors de sa parution à 100 000 exemplaires le premier mois.

Puis et comme d’habitude il a été mis au pilori par les critiques et les lecteurs conservateurs. 

Une autrice passée sous silence, comme d’habitude. Invisibilisée. Comme toujours. 

Il faut lire Mary MacLane, offrir et se prêter ses livres, noter les titres de ses ouvrages dans les cahiers de suggestions des bibliothèques, les commander chez les libraires. Visibiliser Mary Maclane

S'il fallait essayer de vous convaincre en musique et en toute subjectivité : 


MP Soriano aka Range le Sas


21/03/2022

SAUMONE de Joelle Dreidemy et Emilie Chazerand

Chose promise chose due je vous parle de l'excellente Saumone (il faut le lire avec un accent du sud prononcé pour que l'effet soit meilleur et que la magie opère). 
Nous pouvons remercier Emilie Chazerand pour avoir écrit ce merveilleux album. Emilie a était infirmière jusqu'à ce qu'elle décide qu'écrire serait également un bon moyen de prendre soin des gens. Elle possède une bicyclette Hollandaise, un lapin cyclothymique, elle aime Noël, l'odeur de la tarte qui cuit dans le four, le parquet qui craque et écrire des histoires farfelues pour enfants pas très sages. Elle a déjà au moins 6 projets pour quand elle sera vraiment grande. Je vous avais déjà parlé d'elle pour son roman Annie au Milieu. Remercions également Joëlle Dreidemy pour ses illustrations fortes, dynamiques, colorées et pleines de détails. Joëlle a commencé à dessiner avant de savoir marcher. En plus d'illustratrice, elle est également professeure, karateka et bassiste dans un groupe, ce qui lui laisse peu de temps pour arroser ses plantes vertes, qui pourrait l'en blâmer !
Pour vous dire toute la vérité quand j'ai travaillé Saumone 4-5 mois avant sa sortie je n'étais pas très emballée. J'avais que la couverture en tout petit et en noir et blanc et une histoire de sirène... Je me suis donc écriée "Mon Dieu, qu'est ce que c'est ! Qu'ai-je fait pour mériter ça !"  Et j'ai  continué pendant 10 minutes pour finalement en commander 2 exemplaires. Oui je peux être une vraie drama queen parfois (une pensée pour mes collègues qui me supportent...) Surtout que finalement des mois plus tard quand je l'ai reçu j'en ai recommandé 10 de plus direct ! Oui on a tous le droit à l'erreur !

Le roi Triton avait six magnifiques filles : Irène, Solène, Charlène, Hélène, Carmen et Mylène. Et la septième la vilaine Saumone. Si elles sont toutes à moitié sardine, Saumone, elle, a une tête de morue et des jambes poilues (un clin d'œil malheureux au Portugal surement...). Ses sœurs (les garces !) passent leur temps à se brosser les cheveux en se faisant les ongles et surtout leur activité préférée se moquer de la pauvre Saumone. Elle l'appellent le laideron et n'ont de cesse de lui répéter qu'elle ne trouvera jamais de mari. Car qu'on se le dise, pour les femmes, qu'elles soient à moitié sardine ou pas, ce qui compte visiblement le plus c'est de trouver un homme ! Le but ultime le MARI ! 
Heureusement elle peut compter sur sa grand-mère la seule qui prenne soin d'elle. Elle lui a, par exemple, tricoté une culotte d'algues (ça doit gratter ça c'est sûr !) pour cacher ses fesses, qu'elle a d'ailleurs bien épaisses.  Comme la vieille sirène s'inquiète beaucoup pour sa petite fille elle va trouver son amie Raymonde. Une raie très savante qui sait tout sur tout et qui du coup a évidement la solution ! Elle la tient du voisin du cousin de sa belle sœur : Chantal, une huitre à trois perles qui peut réaliser tous vos souhaits. Ni une ni deux, Saumone chausse son petit sac à dos et éteint sa télé (où Bob l'éponge tourne en boucle) et quitte les profondeurs pour partir chercher ces perles rares.
Après avoir croisé des centaines d'huitres édentées, des poissons chat et pas mal de désillusions elle trouve enfin Chantal. Il faut s'assoir sur cette huitre pour réaliser ses rêves (y a quand même des gens qui ont un travail de merde !). Saumone prend donc position et souhaite du plus fort qu'elle peut, être comme ses sœurs. Et là vous vous dîtes "ça y est elle va devenir jolie, elle va brosser ses cheveux et se faire les ongles avec ses sœurs tout en trouvant un beau maquereau pour mari..." Et bah non, c'est là que c'est absolument génial il ne se passe rien du tout ! Quand elle rentre extrêmement déçue dans son royaume elle va s'apercevoir que se sont ses sœurs qui sont devenues comme elles ! Bem vinda, têtes de morues et jambes poilues pour tout le monde ! Le roi Triton a désormais sept vilaines filles et la plus mignonne finalement c'est Saumone. 
BIM KHARMA IS A BITCH !
J'ai présenté cet album pour l'émission On ne peut plus rien dire sur Divergence FM. Par ici pour réécouter => 💕
Signé :


23/02/2022

CRUSHING de Sophie Burrows

💖 Découvrez Crushing, un véritable Chaudoudou, première BD de la jeune artiste Sophie Borrows.💖

Crushing c'est l'histoire de deux personnes paumées et seules, c'est l'histoire d'interactions sociales et romantiques peu aisées. Mais c'est surtout une histoire d'amour tout en nuances de gris et de rouge avec très peu de mots et seulement des bruits de fond. Le rouge c'est celui de la passion, de l'amour, de la timidité, de l'humiliation et de la colère aussi. J'ai un peu de mal à me décider sur la symbolique de ce rouge, du coup je vais vous laisser vous faire votre propre opinion !

Une belle BD de 160 pages remplie de saynètes de la vie quotidienne. Qui n'a jamais était seul avec un frigo vide, reçu des sextos indésirables ou eu un job de merde. Qui n'a jamais eu envie de changer de tête ou de s'allonger dans l'herbe en regardant le ciel. Il y aura forcément quelque chose qui vous parlera dans ce livre, qui vous touchera. Il y a quelque chose de tendre et de nostalgique. Nous suivons une jeune femme avec une veste rouge, plutôt maladroite elle est coincée dans sa routine et cherche assez désespérément l'amour. Le tout en essayant d'éviter le pervers du groupe de yoga, la routine quoi ! L'autre personnage est un jeune homme aux cheveux rouges, il se cherche, il ne s'aime pas. Il a un job de merde, avocat, le fruit, il déambule dans la rue en avocat pour distribuer des tracts et ramasser pas mal d'insultes et de moqueries en chemin. Ils vivent tous les deux dans une grande ville où ils sont à la fois toujours entourés de monde et terriblement seuls, ils se sont croisés à plusieurs reprises sans vraiment se voir... et pourtant !
Sophie Borrows est autrice et illustratrice, elle a commencé par la littérature jeunesse avec Ig Pig and Og Frog! paru en 2019. La même année elle a reçu le «Student illustrator of the year» au V&A Illustration Awards. Elle enseigne la littérature jeunesse à l'école d'art de Cambridge. Elle signe avec Crushing, sa première BD éditée un très joli hommage aux losers du quotidien, une belle bouffée d'espoir !

💖 Pour finir je vous laisse ma page préférée 💖

Signé : 

21/01/2022

LES CERTITUDES DU DOUTE de Goliarda Sapienza

Contestataire et féministe !

 Voilà les deux "gros mots" que l'on n'hésita pas à coller à l'écriture de cette autrice incontournable et qui firent des éditeurs italiens de la fin des années 70 début des années 80, des couards frileux refusant de publier l’œuvre majeure de Goliarda Sapienza L'Art de la joie. Écrit en 76 il faudra attendre l'année 98 (et après sa mort de surcroit) pour le trouver en librairie ! En France c'est à l'excellente maison d'éditions Le Tripode que l'on doit la découverte de l’œuvre incroyable de cette femme tout autant incroyable.

Les certitudes du doute fait partie d'un cycle avec L'Université de Rebibbia et puis Destin forcé. Si les trois romans peuvent se lire de façon indépendante, les trois relatent aussi et de manière autobiographique le moment de la vie de l'autrice au cours duquel elle a commis un vol de bijoux qui l'a conduit en prison (la prison de Rebibbia). C'est cette incarcération qu'elle raconte.

Plus précisément Les certitudes du doute traite de "l’après Rebibia". Goliarda raconte sa fascination absolue, son amour pour Roberta, cette très jeune toxicomane, militante politique rencontrée en prison et retrouvée une fois les deux femmes libérées.
Goliarda et Roberta nous entrainent dans Rome telle que nous ne pourrons jamais la visiter ! 

"Je m'approche et devant ce mur fortifié typique des casernes et des prisons d'autrefois, je comprends où je suis. Marrò m'avait parlé de ce premier ghetto, pour une fois construit non pour les juifs mais pour les chrétiens pauvres du centre de Rome, par la volonté de Mussolini. (...) Voilà d'où provient cet imperceptible quelque chose aristocratique qui habite tous les gestes, les silences de ce Riccardo qui ne pouvait pas ne pas fasciner Roberta, elle aussi petit être déraciné du centre...Je la vois, enfant, prise comme un paquet et transportée là à moisir d'ennui dans un appartement de béton armé au huitième étage."

On découvre une communauté, une ville déchirée entre la désolation de ses quartiers pauvres et le consumérisme outrancier, mais aussi un moment de l'Histoire de l'Italie et de ses mouvements politiques, notamment radicaux.
On découvre ces femmes, militantes et faisant de la prison une sorte d'objet d'étude absolument fascinant. C'est vif comme l'est Roberta et affuté comme la pensée de Goliarda.

Mais c'est surtout l'écriture de la passion. Sapienza passe au scalpel de sa plume ce qui l'aimante, l'attire, la brûle chez Roberta. Et en quoi la prison a donné écho à cette rencontre.

“Tu sais Roberta, maintenant que je t’ai revue “dehors”,  je comprends que ce que j’ai ressenti à Rebibbia la première fois où je t’ai vue était vrai…” Je mens comme tous les amoureux! “J’ai senti que parmi toutes les raisons inconscientes ou pas qui m’ont poussé vers la prison il y avait aussi, et peut-être était-ce la plus importante, celle de te rencontrer.”

Il ne me reste plus qu'à me procurer les autres romans de Sapienza qui vient d'entrer dans ma vie de lectrice par la grande porte.

 Et s'il fallait le dire en toute subjectivité en musique alors : 

MP Soriano aka Range le Sas


 


09/01/2022

NOUS LES EMOTIONS de Tina Oziewicz et Aleksandra Zajac

Vous n'êtes sûrement pas sans l'ignorer les émotions on en parle beaucoup. Il paraît même que ça existe, et pour tout le monde : les filles, les garçons,  les grands, les petits.... vraiment dingue ! Du coup évidemment, l'édition n'a pas été épargnée et s'est même engouffrée dans le filon. On a de très très nombreux albums en librairie et surtout pour les enfants plutôt jeunes, car il paraît que ce sont ceux qui ont le plus de mal à en parler et à s'exprimer tout court d'ailleurs ! On a les classiques voir incontournables comme la Couleur des émotions ou Grosse colère, les moralisateurs un peu relou dont je ne vous parlerai pas puis on a les plus poétiques, les chaudoudoux comme Bienvenue Tristesse (que je vous ai déjà présenté ici) et Nous les émotions dont j'ai décidé de vous parler aujourd'hui. Cette troisième catégorie comprend des livres moins évidents mais plus beaux, poétiques et originaux, qui peuvent être offerts aux enfants comme aux adultes et évidemment ce sont ceux que je préfère.

Nous les émotions a été un coup de cœur IMMEDIAT, les petites créatures qui représentent les émotions sont juste A.DO.RA.BLES (on a envie de leur faire des câlins!) et le texte pourtant très court est tout en finesse et en justesse. Comment ne pas craquer ?

Cette petite merveille nous vient tout droit de la Pologne et est éditée en France par une toute jeune maison d'édition La Partie, je vous conseille de jeter un coup d'œil à leur catalogue. D'ailleurs c'est leur premier gros succès et ce livre a eu le droit à une réimpression quasi immédiate (ils ne s'attendaient pas à un tel succès!). C'est également le premier livre de la jeune illustratrice Aleksandra Zajac. L'autrice Tina Oziewicz, par contre n'en est pas à son coup d'essai, elle a publié plusieurs livres en Pologne mais c'est son tout premier en France.

Cet album se compose donc de 31 créatures représentant nos émotions tout en nuances de gris doux. Elles sont toutes en action : la joie bondit sur un trampoline, la colère explose, la reconnaissance réchauffe, l’espoir prépare des sandwichs pour la route, l’amour illumine, la liberté hisse les voiles... C'est joli pas vrai ? Je vous mets mes 2 préférés en image parce que je vous aime bien :

Ils sont chouchoux pas vrai ?!  
Ne vous retenez pas de (vous) les offrir car ils font du bien et on en a toujours besoin.
Signé :