15/05/2024

LA PORTE A4 de Naomi Shihab Nye et Enzo

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter un de mes énormes coups de cœur, un de ces livres que je m’offre à moi-même : La porte A4 de Naomi Shihab Nye et Enzo aux éditions D2eux. Naomi Shihab Nye est une poétesse, rédactrice, compositrice et romancière arabo-américaine, moult fois primée. Née d'un père palestinien et d'une mère américaine, elle commence à composer sa première poésie à l'âge de six ans, elle dit d’elle-même qu’elle est une poétesse errante. Et quant à l’illustrateur Enzo Lord Mariano, il est également musicien. Ce fringant québécois ne se déplace jamais sans ses crayons et sa mandoline. 
Ici, le texte de Naomi et les dessins d’Enzo sont doux et poétiques, ils nous livrent un message important et plein d’espoir. L’éditeur d2eux, également canadien d’ailleurs, dit de ce livre que c’est “Un texte fort sur la compassion et la gentillesse. Mots importants à notre époque.” 
Mais au cas où tout ça ne vous ai pas totalement convaincu voici de quoi parle cet album : c’est un petit moment de vie de l’autrice, Naomi Shihab Nye. Un jour où elle flânait dans l’aérogare d’Albuquerque (là on sent le canadien, nous on aurait dit plutôt aéroport), elle venait d’apprendre que son vol avait 4h de retard et là elle entend une annonce : « Si quelqu’un à proximité de la porte d’embarquement A-4 comprend l’arabe, prière de vous y rendre immédiatement. » Elle pense alors “Par les temps qui courent, il y a de quoi hésiter.” Mais c’était la porte à laquelle elle devait se présenter donc elle y est allée. Et là elle découvre un agent de bord à la limite de la rupture et une dame assez âgée en robe palestinienne traditionnelle complètement paniquée. Ne comprenant pas ce que l’agent lui disait, elle a cru que son vol était annulé et pleure au sol sur sa valise. Chouquette ! Heureusement Naomi lui explique dans son arabe imparfait et rouillé la situation et la rassure gentiment. Comme elles doivent prendre le même vol, elles décident même de rester ensemble. Naomi l’aide à appeler ses enfants pour les prévenir, puis comme elle maîtrise mal l’arabe elle appelle son propre père pour qu’il parle avec cette dame. Elles ont quand même 4h à tuer donc elle appelle aussi ses amis poètes palestiniens et le téléphone passe de l’une à l’autre entre rires et complicité. Le temps passe vite grâce à cette nouvelle amitié et leur bonne humeur est communicative. Surtout quand la dame sort des Maamouls faits maison, de délicieux biscuits fourrés aux dattes et aux noix qu’elle distribue à toutes les femmes de la salle d’embarquement. 
Toutes les passagères ont alors la bouche pleine de sucre glace et le sourire aux lèvres, elles sont toutes liées les unes aux autres par ce bonheur sucré et toute la fatigue de l’interminable attente est presque oubliée. L’album se termine sur ces mots de l’autrice “ Voilà l’univers dans lequel je veux vivre. L’univers du partage. Une fois terminés les pleurs de désarroi, personne à cette porte d'embarquement ne semblait craindre l’autre. Elles ont accepté les biscuits. Toutes ces femmes aussi, je voulais les serrer dans mes bras. Cela peut encore arriver n'importe où. Tout n’est pas perdu.” 
Elle partage avec nous une anecdote toute simple, un petit moment de joie inattendu et lumineux qui fera du bien à tous, peu importe notre âge ou d’où nous venons. Cet album est donc, surtout dans notre monde plus que troublé, une nécessité absolue qui prône l’espoir, la beauté de la différence et la bonté ordinaire, . 
Et si vous vous demandez ce que la dame âgée avait d’autre que les Maamouls dans son sac, et bien elle avait une plante en pot. Car c’est la tradition de son pays, toujours transporter une plante avec soi pour  rester ancré quelque part. 
On peut conserver ses racines mais s’ouvrir aussi aux autres.
Signé :


17/04/2024

NUIT NOIRE FILLE DES DEFERLANTES de Philip Reeve

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter Nuit Noire Fille des Déferlantes de Philip Reeve. Je ne sais si le nom de cet auteur vous dit quelque chose mais c’est lui qui a écrit au début des années 2000 Mécaniques Fatales premier tome de sa série Tom et Hester adaptée au cinéma par Peter Jackson sous le titre Mortal Engine, bon le film n’est franchement pas un chef d’œuvre mais par contre sa tétralogie pour ados est vraiment bien ! Il est également l’auteur de nombreux romans pour enfants souvent primés et cette année il revient avec le premier tome de sa nouvelle série aquatique quelque peu horrifique Nuit Noire, un roman pour les enfants à partir de 10 ans. 

Alors j’avoue que je n’ai lu aucun autre livre de lui, mais maintenant j’en ai plein sur ma liste car j’ai beaucoup aimé La fille des déferlantes. Évidement il y avait beaucoup de choses pour me plaire dès le début, déjà ça se parle de la mer et moi, j’adore ça. Aller me balader à la mer, nager, les mythologies et légendes qui l’entourent, ramasser des coquillages… Enfin j’aime avoir du sable dans les oreilles et du sel dans les cheveux, c’est comme ça ! Ensuite l’héroïne est une jeune fille courageuse et assez aventurière, j’adore. 
Et enfin il y a la lettre écrite par l’auteur qui était glissée dans le livre qui m’a été envoyé par les éditions Gallimard jeunesse, que je salue et remercie vivement d’ailleurs ! Cette lettre, incroyable, j’ai été conquise, tellement touchante, ça a réchauffé le p’tit caillou qui me sert de cœur ! Philip Reeve commence par nous dire que de toutes ses histoires c’est sa préférée et la plus personnelle. Il n’a pas pu créer une monde aussi vaste et complexe que pour Mécaniques Fatales car il manquait de temps, et pour cause il s’occupait de sa maman malade. Du coup il a créé une toute petite île ainsi naît l’île des déferlantes qui un mélange des lieux qu’il aime et des légendes qui l’ont bercé toute sa vie. Il explique qu’il pensait écrire un récit gothique horrifique mais que finalement Nuit Noire était un personnage trop lumineux pour ça (notez l’oxymore), il s’est attaché à elle et au petit groupe qui l’entoure, il a donc changé pour une formidable aventure pleine de mystères. Et c’est bien comme ça !

Entrons maintenant dans l’histoire : Bienvenue sur l’île des Déferlantes : un caillou de cinquante kilomètres de long sur quinze de large en forme d’hameçon battu par les vents. Ici, il était possible de croire à presque tout car on peut croiser des trolls, des sorcières, des hommes algues, la Gorm et Nuit Noire. Cette dernière est d’ailleurs la petite héroïne de notre histoire, elle doit son nom au gardien de la vigie du Crépuscule, Andrew Noire, qui l’a trouvé bébé, échouée sur les rivages de l’île. Dix ans plus tard, son père adoptif est retrouvé noyé, propulsant la fillette vigie par intérim. Elle va alors découvrir que la mer recèle de nombreux secrets et dangers, mais aussi qu’elle a un oncle, Will Noire qui doit revenir d'Angleterre pour occuper le poste de son frère. Ce jeune scientifique à l'esprit cartésien, est peu disposé à revenir sur l’île et encore moins à croire à tout le folklore qui l’entoure. Il est prêt à tout pour prouver que la Gorm, le monstre mythique venu des eaux pour détruire l’île, n’existe pas et n'est même qu'un phénomène météorologique. Et que la peur ridicule de tous les habitants de l’île pour la mer n’a absolument pas lieu d’être, vivre au milieu de l’eau et en avoir peur… ridicule ! Mais attention, si vous ne croyez pas en la Gorm, la Gorm, elle, croit en vous ! Persuadé d’avoir raison et n’écoutant absolument pas sa nièce, qui en plus d’être drôlement futée à quand même des arguments solides, le jeune homme va déclencher une catastrophe tristement prévisible. 
Ce livre a beau être un premier tome, il a une vraie fin donc pas d’atroce frustration jusqu’au prochain volume, mais ça ne nous empêche pas d’avoir terriblement envie de lire d’autres aventures de notre fine équipe et d’en apprendre un peu plus sur les fameuses îles des déferlantes et leur folklore ! 
En cadeau pour vous les lecteurs masqués la lettre de Philip Reeve (cliquez pour agrandir):
J'ai aussi parlé de ce livre dans mon émission Les Sales Mômes sur Divergence FM c'est par ici pour écouter =>📻
Signé:

27/03/2024

LIGHTFALL de Tim Probert

Aujourd’hui j’ai décidé de vous présenter une série de BD jeunesse que j’adore Lightfall de Tim Probert pour les enfants à partir de 10 ans. C’est sa toute première BD mais il a longtemps travaillé pour des studios d’animation et on le sent bien dans son travail. Le monde d’Ipra qu’il a inventé pour Lightfall offre une ambiance visuelle enchanteresse pour une quête initiatique toute en clair-obscur totalement incroyable ! 

Dans le premier tome La Dernière Flamme, nous suivons Béa une petite fille pleine d’angoisses qui vit au cœur de la forêt d’Ipra avec son grand-père. Un Cochon-Sorcier, gardien de la flamme éternelle et grand potionniste, dont la mémoire est assez… incertaine. Lorsqu’un jour il ne rentre pas, Béa doit surmonter son anxiété et quitter son cocon pour se lancer à sa recherche, dans la plus grande aventure de sa courte vie. Heureusement elle peut compter sur Nimm, son chat facétieux, et sur Cad. Un Galadrien dernier de son espèce, une créature étrange toute en muscles, courage et optimisme, son total opposé, sur lequel elle vient littéralement de tomber.
Dans le tome 2 L’ombre de l’Oiseau les choses commencent plutôt mal, Béa et Cad sont blessés et ont perdu la précieuse flamme. Mais pas le temps de se reposer et de s’apitoyer sur son sort pour autant, une nouvelle quête s’offre à eux : sauver le monde, rien que ça ! Et si le Galdurien est toujours prêt à foncer tête baissée dans le danger, notre petite héroïne est beaucoup plus angoissée et indécise, mais grâce à ses fidèles compagnons elle se lance quand même dans l’aventure. Ils vont devoir combattre Kest, un oiseau millénaire qui a déjà failli anéantir le monde. Heureusement ils peuvent compter sur de nouveaux amis et sur le Cochon-sorcier, qu’ils pensaient avoir perdu. 
Et comme on ne s’en lasse pas et qu’il me semble qu’on part sur une loooongue série, on attend les prochains tomes avec beaucoup d’impatience et ça tombe bien car le tome 3 Le Temps des Ténèbres est annoncé pour le 24 Avril. Et vous l’aurez compris ça commence toujours assez mal pour notre fine équipe, la menace s'étend sur Irpa qui est plongée dans le noir total, donc Béa et Cad décident d’aller à la Citadelle des Savoirs en espérant y trouver des réponses pour contrer les ténèbres. Évidemment tout ne se passe pas comme prévu et le chemin et même plutôt dangereux mais heureusement aux heures les plus sombres un allié inattendu va rallumer l’espoir ! Nous retrouvons dans ces volumes tous les ingrédients qui nous avaient fait adorer Lightfall t1 : des héros attachants, des bestioles étonnantes, des combats épiques, de l’humour et une ambiance visuelle enchanteresse. 
L’univers graphique de cette BD m’a tout de suite fait vraiment penser au jeu vidéo Rayman car Kad, entre autre, ressemble beaucoup au Globox meilleur ami de Rayman. C’est un des rares jeux vidéo que je connaisse et que j’aime bien d’où peut-être mon coup de foudre immédiat pour cette BD. Dans tous les cas, ne passez pas à côté car c’est une grande et belle aventure. 
J'ai d'ailleurs aussi parlé de ce livre dans mon émission Les Sales Mômes sur Divergence FM c'est par ici pour écouter =>📻

Signé :


08/03/2024

LES SOEURS HIVER et CLOPIN-CLOPANT

Aujourd’hui j’ai décidé de vous présenter deux romans chez l’école des loisirs illustrés par Tristan Gion qui s’appelle dorénavant Chevalier Gambette. D’ailleurs je suis totalement fan de son travail et je vous en avais déjà parlé car il a également illustré La Petite Lectrice. Et pour votre culture personnelle voici une info un peu inutile : Le chevalier gambette est un oiseau, un limicole haut sur pattes très bruyant, il vit près de points d’eau et est monogame. Voilà je tenais à vous le dire ! Ces livres sont vraiment de très beaux objets, beau papier bien épais, belles illustrations couleurs, couverture avec marquage à chaud argenté ou doré… du haut de gamme !

Mais commençons par Les Sœurs Hiver de Jolan C. Bertrand pour les enfants à partir de 9 ans. Dans ce roman l’auteur nous raconte un peu la mythologie nordique mais surtout nous parle de sujets importants comme la transidentité, la solitude, le féminisme, la dépression, la jalousie et la différence le tout enroulé dans une grande et belle aventure. Ce récit initiatique, engagé a un univers fantastique dense, peuplé de trolls et autres divinités nordique à l’humour bien trempé, voir un peu particulier… Embarquez pour une grande et belle aventure au pays du grand froid ! 
Autrefois il y avait 2 hivers : la Grande qui apportait un hiver rude et brutal, tempêtes, blizzard et nuits glaciales et la Petite qui annonçait les batailles de boules de neige, le patin à glace, le marché d’hiver et les glissades en luge, un hiver doux et léger. Elles allaient toujours ensemble, complémentaires. Mais rien ne va plus au village de Brume depuis que la Grande a perdu la Petite. Un froid polaire sévit toute l’année et quand la Grande pleure sa sœur l’humidité colle aux bottes et le moral comme la température baisse à vue d’œil. Plus étrange encore, les objets les plus précieux des villageois disparaissent mystérieusement. Alfred, le trublion du village, en est sûr ce sont les trolls qui sont derrière tout ça, mais comme il a tendance à faire beaucoup de blagues pour ne pas dire carrément des bêtises personne ne le croit. Alors quand son oncle Ragnar se porte volontaire pour élucider ce mystère, le petit garçon décide de l’accompagner. Mais durant le voyage son oncle va être enlevé par la Grande hiver, enfin il est avalé dans une tempête mais c’est tout comme, et Alfred va être victime d’un drôle de sortilège… Mais il va malgré tout devoir à la fois continuer sa mission et délivrer son oncle. Pour cela il lui faut simplement retrouver La Petite, bon évidemment avant il va devoir braver les dangers de la forêt boréale, affronter le Dieu de la malice en personne et le tout avant de se transformer définitivement en renard. Rien d’insurmontable… n’est-ce pas ? 
J'ai parlé de ce livre dans mon émission Les Sales Mômes sur Divergence FM pour écouter c'est ici =>📻
Ensuite Les Clopin- Clopant : Bande de bras-cassés d’Agnès Marot. Ce roman pour les enfants à partir de 8 ans aborde aussi des thématiques importantes comme la culpabilité, le handicap, visibles ou invisibles et également la dépression mais on insiste surtout sur l'entraide et l’amitié ! J’ai trouvé très bien, qu’il y ait beaucoup d’humour, un peu pipi caca parfois, mais ça dédramatise ces sujets tristes et pesants. On alterne agréablement entre des passages plein d’émotions et des blagues sur les pets de licornes ! 
Dans les Clopin-Clopant donc, on suit quatre individus qui se rêvent aventuriers mais qui en sont très loin et la seule mission qu’il ont eu a été un désastre TOTAL. Notre fine équipe se compose de Zoé la meneuse, une humaine boiteuse encombrée de béquilles mais qui a soif d’aventures depuis sa plus tendre enfance. Ensuite Grimm, le lutin farceur dépressif, qui n’aime pas faire de farce ou tresser les crinières de licornes activité pourtant appréciée de son espèce. Il a toujours un nuage sombre au-dessus de la tête. Puis Othar Le géant barbare pacifique et aveugle accompagné de son ridicule chien d’aide Sac-à-puces. Et enfin l'insupportable Fleur, l’elfe magicienne qui vient tout juste de rejoindre l’équipe. Nos bras cassés sont recrutés, contre toute attente, par le roi lui-même pour déloger des Yetis qui ont envahi son palais. Beaucoup de grands chevaliers s’y sont cassé les dents, le voyage pour rejoindre le palais est semé d'embûches, de dragons à lunettes et de licornes frimeuses et la mission semble IMPOSSIBLE, mais rien n’arrêtera nos aventuriers qui ont soif de reconnaissance. Évidemment rien ne se passe comme prévu et en même temps avec une devise comme “Séparément, ils ne valent pas un clou, mais ensemble, ils sont capables de tout !” c’était joué d’avance. Mais chacun va se découvrir des forces et des faiblesses insoupçonnées et que chaque action à des conséquences. Je ne vous en dis pas trop mais y a un moment où ça dérape quand même sacrément et on adore bien sûr ! 
J'ai parlé de ce livre dans mon émission Les Sales Mômes sur Divergence FM pour écouter c'est ici =>📻
 Vous voilà donc avec deux belles aventures engagées à dévorer et un Troll.
(Parce que je le trouve trop adorable !)
Signé :


17/01/2024

LE CODEX DE L'ART de Gaëtan Serra

Aujourd'hui, pour changer un peu, j'ai décidé de vous présenter un documentaire jeunesse mais qui est aussi parfait pour les adultes. Et pour cause, il est très beau et à la fois sur la mythologie et l'art le meilleur des deux mondes ! Voici donc Le Codex de l'Art : Monstres et créatures autour du monde de Gaëtan Serra chez Palette.

Ce livre a été un achat IMMEDIAT ! Il n'a même pas eu le temps d'arriver jusqu'à mon rayon. Bon rassurez vous, je l'ai aussitôt recommandé pour que d'autres puissent aussi en profiter. Mais là, PAF, c'est ma collègue qui l'a acheté...et rebelote ! Alors pourquoi un tel engouement ? 

D'abord, il faut savoir que Palette c'est un des maîtres de l'édition du livre d'art pour enfants et leur catalogue contient des choses drôlement chouettes. 

Ensuite, je vous l'ai déjà dit, ça parle à la fois d'art et de mythologie et perso, moi j'adore ces deux sujets. On y découvre des créatures issues du folklore du monde entier et toutes sortes d'art du monde entier et dont certaines très récentes : des peintures, des sculptures et des illustrations. Et c'est là que j'ai craqué, car j'adore les illustrateurs du début du XXème siècle. Et même la mise en page, on n'en parle jamais, mais je trouve qu'elle est stylée et ça donne vraiment ce côté codex.

La deuxième chose que j'adore c'est que sur les 40 créatures présentées il y en a à la fois des très connues : fées, géants, trolls, vampires, licornes, on pourrait ne plus les présenter et pourtant il y a encore beaucoup de choses à découvrir sur elles. Et il y en a aussi, et c'est là que ça devient intéressant, beaucoup de créatures que je ne connaissais absolument pas. Par exemple : le Penanggalan de Malaisie, le Gashadokuro qui nous vient du Japon, le Qilin la licorne chinoise ou encore les Tupilaks de la mythologie Inuite. Puis il a ceux que l'on connaît... mais pas vraiment en fait ! Genre saviez vous que la Sphinge est la version féminine du célèbre Sphinx, que le cavalier sans tête du folklore irlandais s'appelle Dullahan, moi j'ai beau avoir vu le film avec Johnny Depp, je ne savais pas ! Ou que la Corée avait aussi son Naruto, son renard à 9 queues. Il s'appelle Kumiho (si vous aimez les K-Dramas vous savez déjà!) et comme son cousin japonais le Tomano-no-mae, il n'est pas très cool, mais ce n'est malgré tout pas la même légende pour autant.

Pour conclure, ce petit livre vous apprendra, quel que soit votre âge, plein de choses. En plus il est beau, vous pouvez l'exposer dans votre salon (ou comme moi dans vos toilettes, pas de jugement !). En d'autres termes, vous allez pouvoir briller en société et avoir une super déco ! INCORYABLE. Oui, je vais un peu loin, c'est donc le moment de vous dire que j'ai aussi parlé de ce livre pour Divergence FM dans mon émission les Sales Mômes, que vous pouvez écouter par ici => 📻

Vous avez dans cette petite chronique : l'incroyable couverture est une peinture de John Duncan, les Trolls illustrés par John Bauer, les Tupilaks sont des statuettes de Peter Otto Thomassen. Je vous laisse découvrir le reste par vous même.

Signé :



03/01/2024

MINALIMA

 Aujourd'hui, j'aimerais vous parler du studio MinaLima, qui a été fondé par Miraphora Mina et Eduardo Lima, d'où son nom. Vous l'ignorez peut-être mais ce sont les célèbres designers graphiques qui ont donné vie à l'œuvre de J.K Rowling (appelée aussi la problématique...) pour les films Harry Potter et Les Animaux Fantastiques. Miraphora, (d'ailleurs, est-ce qu'on ne dirait pas qu'elle sort tout droit d'Harry Potter avec ce prénom ?) qui après avoir travaillé comme graphiste sur les films Portraits de Femmes et Coup de foudre à Notting Hill, est engagée pour la création des films Harry Potter. Elle fait ensuite rentrer Eduardo pour le second film de la saga et 20 ans plus tard ils travaillent toujours ensemble. On doit d'ailleurs à ce monsieur, passionné de typologie, la célébrissime Gazette du Sorcier présente dans tous les films. Impressionnant quand même, non ? 

À la fin de la création des films, ce talentueux a eu l'idée de faire des versions, illustrées mais surtout animées, de cette célèbre série. Et c'est ainsi qu'en 2020, en France, nous avons pu découvrir le livre Harry Potter à l'école des sorciers dans une version totalement magique ! Moi, je dois avouer que je n'aime pas trop leurs illustrations, trop vintages à mon goût, mais, bizarrement, elles collent super bien avec leurs animations absolument incroyables, en faisant un objet merveilleux. Et franchement je pense qu'ils ont fait passer le Pop-up au niveau supérieur. Et ce qui est vraiment dingue, c'est qu'ils ont réussi à faire quelque chose de nouveau alors même qu'ils avaient travaillé sur les films, ils ont su se réinventer. Et sans pour autant marcher sur les plates-bandes de la version illustrée d'Harry Potter par Jim Kay, qui est également assez incroyable. Ils ont su combler les fans qui peuvent du coup avoir toutes les versions sans que ça ne fasse doublon ! Une joie pour les portefeuilles. Car oui, toutes ses prouesses ont un prix : de 35 à 40€ pour les MinaLima (et on en est qu'au troisième donc ça peut encore grimper !) et pour ceux de Jim Kay entre 40 et 45€ (et c'est pas fini non plus bien que les prochains tomes ne seront pas illustrés par cet artiste). J'espère que le Père Noël a les reins solides ! Mais quand on aime, on ne compte pas... n'est-ce pas ?

Pour ma part, attention unpopular opinion, je ne suis pas vraiment une fanatique de Harry Potter, j'ai lu les livres, j'ai bien aimé mais je ne les relirai pas, j'ai vu le premier film puis je suis passée à autre chose. Donc si je vous parle de MinaLima aujourd'hui ce n'est pas vraiment pour Harry Potter, même si leur travail a été déterminant, c'est plutôt pour leur série de classiques. Les MinaLima Classics, c'est le nom de la collection, ce n'est pas très recherché, c'est vrai, mais c'est incroyable ! En même temps que sortait en France le premier Harry Potter MinaLima, sortait également
Le Livre de la Jungle
dans cette collection. Et oubliez les ours qui chantent, car je parle bien sûr de la version originale de Rudyard Kipling, et quelle merveilleuse façon de découvrir l'œuvre derrière le Disney. Bon Le Livre de la Jungle, ce n'est pas non plus mon préféré [la relou] donc on m'avait mis l'eau à la bouche et maintenant j'attendais la pépite. Et PAF, mon rêve se réalise l'année suivante, avec en 2021 la parution de Peter Pan de J.M Barrie et le Magicien d'Oz de Franck L. Baum. Et là, laissez moi vous dire que la carte bleue a chauffé, même s'ils sont un peu moins chers que les HP, 31.50€ et franchement ça les vaut, ils sont féeriques ! J'ai porté les lunettes du Magicien d'Oz pendant au moins une semaine, parce que oui, elle sont dans le livre ! EXTRAORDINAIRE je vous le dis ! S'en suivent, ensuite, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, Blanche Neige et autres contes de Grimm et pour la fin d'année 2023, pour mon plus grand plaisir La Belle et la Bête de Gabrielle Suzanne Barbot de Villeneuve. D'ailleurs vous saviez que La Belle et la Bête à l'origine ce n'était ni Disney, ni Cocteau, ni même comme je le pensais Madame Le Prince de Beaumont. Bah non, c'est Madame Barbot de Villeneuve qui a écrit cette histoire en 1740 et elle l'aurait entendu de sa femme de chambre. Par contre, c'est bien Madame le Pince de Beaumont qui la popularise en 1756 sous une forme bien abrégée. Alors connaissez-vous la version originale ? Spoiler : n'espérez pas voir de réveil chanter avec un chandelier.
Voici pour les versions en françaises mais on peut en trouver trois de plus en versions anglaises : Le Jardin Secret de Frances Hodgson Burnett, Les aventures de Pinocchio de Carlo Collodi mais surtout La petite Sirène et autres contes d'Andersen que j'attends avec BEAUCOUP d'impatience ! D'ailleurs ces trois livres sont également disponibles en allemand et en italien.
Et voici pour conclure comment les artistes parlent de leur travail : ils se considèrent comme des designers d'histoires qui ajoutent une dimension supplémentaire au livre le rendant littéralement vivant. Ils veulent que les gens retombent amoureux de l'objet livre et que les enfants puissent vivre une belle expérience de lecture. Même si, finalement, ce sont plutôt les adultes qui achètent leurs livres.
D'ailleurs ne loupez pas jusqu'au 9 Mars 2024 l'expo House of MinaLima boutique éphémère à Paris à la Galerie Gallimard. Pour ma part, j'espère vivement aller y faire un petit tour. Je vous tiendrais au courant !
Et j'ai aussi parlé de cette collection sur Divergence FM pour mon émission les Sales Mômes pour écouter c'est par ici => 📻
Signé :

20/12/2023

TOUT MOU ? de Marie Baillard

Aujourd'hui je vais vous présenter une petite BD pour les enfants à partir de 8 ans sur... la masculinité toxique et la différence ! On adore ! Il s'agit de Tout mou ? de Marie Baillard chez l'Atelier du Poisson Soluble.

Ce livre commence comme une vraie BD de mec : avec des chevaliers super costauds qui ont de grosses armures et de grosses épées. Ils aiment combattre et chasser le trésor, c'est toute leur vie ! Quand ils ne sont pas en train de se cogner dessus ils se moquent des "tout mou", ces drôles de créatures qui se baladent sans armure, fragiles, et qui préfèrent cueillir des fleurs que de se battre. De vrai bon à rien !

Nous allons suivre en particulier Gurik Le Féroce, qui comme son nom l'indique est un terrible chevalier. Il a mené de nombreux combats, résolu de nombreuses quêtes, mais quelque chose lui manque encore... Peut-être l'armure ultime, celle du plus grand des chevaliers qu'il a caché dans sa forteresse mythique. Tout un programme ! Il part donc à la recherche de cet objet de légende, mais cette aventure va changer sa vie à jamais. Au cours de sa quête il va manquer de se noyer, le problème quand on porte une grosse armure et qu'on plonge dans l'eau, si vous voulez mon avis ! Et là, coup du sort, il va être sauvé par Nim, un tout mou. Une vraie disgrâce ! Pourtant, il va découvrir que cet être qu'il pensait mou, faible, fragile et sans intérêt à plein de qualités et qu'il est finalement vraiment fort et courageux, mais sa manière. Ce qu'il avait toujours considéré comme des faiblesses sont en fait ses forces. Il bascule, alors, dans un autre monde ! Il interroge Nim :" N'as-tu pas peur d'être blessé sans armure ?" Le tout mou va lui prouver qu'il n'a rien de mou, il est élastique ! Et ça, ça fait toute l différence. Au début, c'était difficile, bien sûr, il se faisait mal, il avait froid, il tombait malade. Puis il s'est endurci puis maintenant il vit libre et étant pleinement lui-même ! 

Après cette révélation, Gurik va décider de mettre sa quête en pause pour rester un peu dans le village de Nim, parce que des gens aussi différents de tout ce qu'il connaît... Bah ça l'intrigue ! Il va être le premier étonné de découvrir qu'il aime bien cette vie simple et tranquille. Et sans armure pour se protéger et s'empêcher de ressentir quoique soit, les tout mou ont l'air plus heureux et épanouis. Il va alors s'apercevoir qu'il est arrivé au bout de sa quête. Car il n'y a pas d'armure de légende du plus grand des plus grands chevaliers. Ce bon monsieur est en fait le fondateur de ce village ! Et sa merveille armure qui ne rouille jamais ? Elle sert d'étable pour les vaches et son incroyable casque de perchoir pour les poules. Cette découverte va changer profondément Gurik, à tel point qu'il va faire l'impensable : retirer sa précieuse armure, et s'exposer au monde tout mou et tout fragile. Après tout, si le plus grand, le plus courageux, le plus fort des chevalier l'a fait, pourquoi pas lui !? Compétition quand tu nous tiens ! Il va alors réaliser que c'était ça qui lui manquait. Ce vide à l'intérieur de lui s'est rempli dans ce village où règne l'entraide et le calme auprès des gens qu'il a toujours méprisé. Il va découvrir qu'on peut avoir froid, prendre des coups de soleil, tomber malade mais aussi nager dans la mer sans couler comme une enclume ou tout simplement s'amuser. Maintenant il voit la beauté des choses et pas seulement leur utilité. D'ailleurs sans son gros casque à visière il voit beaucoup mieux, sans ses œillères tout est plus beau ! Du coup il va trouver une nouvelle utilité à son casque de puissant chevalier... un pot de fleurs !

Ce livre est donc un hymne à la différence et... au recyclage ! On adore. Puis avec le réchauffement climatique, je pense, qu'on devrait tous laisser tomber nos armures pour ne pas finir cuit à l'étouffée. Sur ce bon conseil, vous pouvez aussi écouter ce que je dis sur ce livre à la radio pour Divergence FM sur mon émission Les Sales Mômes, c'est par ici pour écouter => 📻

Signé :